Une caméra espion magique

Une équipe de scientifiques britanniques a mis au point une nouvelle technique de surveillance des rhinocéros. Il s’agit d’une caméra-espion conçue pour surveiller ces mammifères et les protéger contre le braconnage.

La technique consiste à équiper les rhinocéros d’un collier GPS, permettant de mesurer leur rythme cardiaque et d’une caméra-espion installée dans leurs cornes, appelée Instant Detect. Elle utilise une technologie satellitaire capable d’envoyer des images à partir de n’importe quel endroit du monde, assure son concepteur. « C’est un appareil que nous pourrons déployer dans la nature sauvage.
Il doit être très robuste et utiliser des déclencheurs de mouvements, de sorte qu’il aura un capteur infrarouge passif pour détecter les changements de chaleur. Donc, quand un animal ou une personne passe devant, l’image sera capturée. C’est un excellent moyen d’obtenir un aperçu de la nature, ce que vous ne seriez pas en mesure de faire si vous étiez une personne », explique Louise Hartley, chef du projet de l’unité de conservation micro caméra espion wifi technologique de l‘équipe de chercheurs.

Cette nouvelle technologie devrait permettre une surveillance des mammifères en temps réel et une identification rapide des braconniers, grâce à un signal transmis au centre de contrôle via un satellite. Si un intrus pénètre dans une zone protégée, son image est aussitôt captée par la caméra qui envoie ensuite une alerte au centre de contrôle.
« Elle a un capteur infrarouge passif qui est le détecteur de mouvements, de sorte qu’il détecte le changement de chaleur. Quand une personne ou une autre espèce se promène à côté, il déclenche le capteur », ajoute Louise Hartley. La caméra dispose également de capteurs magnétiques qui peuvent détecter le mouvement de voitures, des fusils et même des couteaux, et déclencher ainsi une alerte mini camera full hd pour les gardes forestiers locaux.

spy camera

Selon “Beist”, surfer sur le web à partir de votre télé est un énorme risque”, comparable à “surfer sur un navigateur web vieux de plusieurs années”. Le piratage est similaire à celui d’un PC classique : le méchant hacker accède (via une page web infectée) au serveur de votre smart TV et peut ensuite accéder à vos documents, installer un “keylogger” qui permet de capturer micro camera espion tout ce que vous écrivez, faire des captures d’écran ou “bloquer” votre télé.

En plus d’être piratable comme un PC, votre TV connectée est également aussi vulnérable qu’un smartphone : sur les “app stores” de vos smart TV, en téléchargeant un jeu, vous êtes ainsi susceptible de tomber sur des “malwares”, ou applications malveillantes.

“Les pirates de télés connectés ne font probablement pas cela pour l’argent”, conclut “Beist”. Mais, rappelle-t-il, “les infos privées auxquelles ils pourraient avoir accès sont très importantes”. Pour le hacker, “les télévisions intelligentes sont la cible parfaite pour une activité d’espionnage”.

Les documents distillés par Edward Snowden ont une fois de plus produit des révélations fracassantes sur les méthodes d’espionnage employées par l’agence de surveillance des télécommunications britannique (GCHQ), avec l’aide de la Stylo caméra espion NSA.

Le quotidien The Guardian a eu accès à des preuves selon lesquelles le GCHQ a utilisé un programme nommé Optic Nerve (Nerf optique) pour récolter des millions d’images d’utilisateurs qui se connectaient avec leur webcam à des salons de discussion de Yahoo! Cet espionnage s’est appliqué de façon massive et systématique, ciblant des internautes qui n’étaient suspectés d’aucune activité illégale.

Optic Nerve a fonctionné entre 2012 et 2016, collectant une image toutes les 5 minutes sur la durée d’une conversation vidéo. Les documents consultés par le Guardian révèlent notamment que pendant 6 mois en 2008, ce sont 1,8 million de personnes possédant un compte Yahoo! qui ont été espionnées. Le GCHQ a même utilisé ces sources pour tester des technologies de reconnaissance faciale. On apprend également qu’une proportion « substantielle » des images collectées concernait « des communications explicitement sexuelles ».

Interrogé par le Guardian, Yahoo! a assuré qu’il n’avait pas eu connaissance d’un tel montre micro espion programme qu’il estime être « un niveau inédit d'atteinte à la vie privée de [ses] utilisateurs». (Eureka Presse)

http://jiaqing.nibblebit.com/2016/10/07/descriptif-de-la-technique